Premières autorisations d’importation de cellules souches à des fins de recherche

PARIS (AP) – Le ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy et le ministre délégué à la Recherche François d’Aubert ont annoncé jeudi la signature mercredi de trois arrêtés permettant « l’importation, la conservation et l’utilisation de cellules souches embryonnaires à des fins de recherche ».

Selon un communiqué, ces autorisations constituent « la première mise en oeuvre du dispositif transitoire permettant les recherches sur les cellules souches embryonnaires dans l’attente de la création de l’agence de biomédecine prévue dans les prochains mois », dans le cadre de la loi sur la bioéthique.

Cette loi prévoit d’autoriser la recherche sur les embryons congelés surnuméraires pendant cinq ans à titre dérogatoire. Présentes au premier stade du développement embryonnaire (les embryons surnuméraires issus de l’aide à la procréation représentent un réservoir important), ces cellules souches sont à l’origine des quelque 260 lignées cellulaires qui composent l’organisme. Au cours du développement, elles se transforment en cellules cardiaques, musculaires, cutanées, cérébrales, etc.

Les chercheurs espèrent parvenir à orienter leur transformation en laboratoire pour traiter des maladies telles que le diabète, la maladie de Parkinson, les affections cardio-vasculaires.

Selon le ministère de la Santé, c’est l’équipe du professeur Marc Peschanski, directeur de l’unité U 421 de l’Institut national de la Santé et de la recherche médicale (INSERM) qui bénéficie de cette première autorisation. AP

Jeudi 17 Février 2005