Les cellules souches pourraient aider à retrouver la vue

 Des cellules souches issues du fond de l’œil pourraient éventuellement être utilisées pour rétablir la vue à des personnes mal-voyantes » ont dit les chercheurs.

Des scientifiques de l’université de Toronto ont découvert que les cellules souches rétiniennes humaines se régénéraient lorsqu’elles étaient transplantées dans des yeux de souris ou de poulets. Ils prévoient maintenant de vérifier si le même processus se produit en utilisant des yeux malades dans l’éventuel espoir de traiter des hommes.
Ces résultats sont publiés par l’académie nationale des sciences naturelles des Etats-Unis.

Une vue claire

La rétine est située au fond de l’œil et correspond au lieux ou la lumière est transformée en image. Elle agit comme le film d’un appareil photo et capture les images, les transforme en signal électrique et envoie ce signal au cerveau. La rétine contient des millions de cellules appelées photorécepteurs (réparties en cônes et bâtonnets) qui contiennent des pigments visuels.

Lorsque la lumière rencontre ces pigments, ils perdent rapidement leurs couleurs. Ce processus déclenche alors des impulsions nerveuses transmises à votre cerveau. Des chercheurs ont prélevé des cellules souches rétiniennes de cadavres humains et les ont transplantées dans des yeux de souris et de poulets âgés d’une journée. Les cellules ainsi transplantées se sont développées en photorécepteurs.

Le directeur d’équipe Brenda Coles a dit “ Lorsque leurs yeux se sont complètement développés, les cellules humaines ont survécu, ont migré dans la partie sensorielle de l’œil et se sont développées dans la forme de cellules espérée. »
Ils vont maintenant étudier comment les cellules souches rétiniennes vont continuer à se développer lorsqu’elles sont transplantées dans des souris atteintes de maladies oculaires.

Traitement contre la cécité

Ces résultats offrent l’espoir que les cellules souches rétiniennes puissent être utilisées pour traiter des maladies dégénératives de la rétine telles que la rétinite pigmentaire ou la dégénérescence maculaire liée à l’age qui sont les formes les plus communes de cécité dans les pays développés.

Ces maladies atteignent les cônes et les bâtonnets, les cellules photoréceptrices situées au fond de l’œil mais conservent intact le nerf optique.

Mrs Coles dit “Nous commençons avec la souris pour voir s’il est possible de contrecarrer la génétique impliquée dans ces maladies. L’œil lui-même dit aux cellules souches ce qu’elles doivent faire, c’est pourquoi lorsque nous nous dirigeons vers un modèle de maladie, il est important de connaître quels sont ces signaux issus de l’œil de manière à pouvoir les inhiber ou protéger les cellules. Le Dr Stephen Minger, directeur du laboratoire du King’s College de Londres dit “En tant que début, ces résultats sont formidables » « Etre capable de montrer qu’ils sont en mesure de prélever un faible nombre de cellules issues d’un oeil humain, de les faire se développer, de les implanter et d’obtenir une différenciation spécifique en un nombre important de cellules rétiniennes est très encourageant. “ Il dit qu’il serait important de prouver que ces cellules implantées fonctionnent normalement et qu’elles fonctionnent également sur des yeux malades. Il faut également déterminer si un nombre suffisant de cellules pour réparer les dommages causés à l’œil peut être généré.