Des cellules fœtales pour rendre la vue

article issu de www.sciences.nouvelobs.com

Grâce à l’implantation de cellules rétiniennes prélevées sur un fœtus, une femme de 63 ans quasi aveugle peut de nouveau dévisager les gens autour d’elle et lire. Deux ans et demi après l’opération, réalisée aux Etats-Unis, à Louisville dans le Kentucky, l’amélioration de la vue est confirmée et ne résulte pas d’un effet transitoire de l’opération, précisent les médecins dans la revue New Scientist. Une poignée de patients atteints de maladies dégénératives de l’œil a déjà reçu la même transplantation et d’autres demandes pourraient affluer.

Les maladies dégénératives de l’œil, comme la rétinite pigmentaire ou la dégénérescence maculaire, évoluent généralement vers la cécité. Les résultats obtenus à Louisville constituent donc un espoir important.

L’équipe de Robert Aramant qui a mis au point cette technique pourrait cependant être victime de son succès. En effet les cellules ont été prélevées sur des fœtus issus d’avortements, une pratique qui heurte certaines conceptions éthiques et qui pose le problème du don de fœtus.

L’utilisation des cellules souches est une autre voie de recherche très explorée pour soigner ces maladies. Une équipe de Toronto a annoncé cette semaine avoir isolé des cellules souches à partir de la rétine de l’œil humain, chez des nourrissons comme chez des adultes. Transplantées chez l’animal, ces cellules souches ont migré vers la rétine, expliquent les chercheurs dans les PNAS.

Cependant, la greffe de ces cellules sur l’œil humain n’est pas encore au point. Les tentatives sur les animaux ont jusqu’à présent échoué. Aramant et ses collègues pensent que le succès de leur technique est dû à l’implantation d’un morceau complet de la couche supérieure de la rétine, avec toute la machinerie qui la fait fonctionner. Une greffe de cellules souches nécessite la reconstruction de tout ce circuit.

Cécile Dumas (28/10/04)